je signale un article (Le Monde du jeudi 24 mai) intitulé "Le vol Paris-New York, c'est combien?"

On y lit notamment, qu'au mois d'avril, le prix du billet d'avion (Air France, AR Paris-New York) en classe éco à service et placement équivalent allait de 467 euros à 3228 euros.
En y intégrant toutes les classes du vol, on arrivait à 17 tarifs dont le plus haut plafonnait à 8736 euros. (soit un rapport de 1 à presque 19 entre le plus bas et le plus haut).

Ce n'est pas vraiment une surprise, ça ne fait que confirmer le sentiment que dans un avion, la probabilité que votre voisin ait payé le même prix que vous est très faible.
Ca s'appelle le "revenue management", et est issu de l'utilisation par Air France d'un logiciel américain (Sabre), dont le paramétrage est compliqué, pour définir les quotas pour chaque tarif, en fonction des saisons, des événements concernant la ville de départ ou d'arrivée, et la politique ou le sport.
Bref, 200 personnes chez AF travaillent à optimiser les revenus issus de chaque vol. Ce qui en bon français, peut se résumer par faire payer le maximum au client, tout en garantissant un bon remplissage de la carlingue...
L'article c'est ici:

Le vol Paris-New York, c'est combien ?
LE MONDE | 14.02.07

© Le Monde.fr

Suit un article sur la surréservation "une technique qui arrange tout le monde". Ca va sans doute en faire bondir certains...

L'article c'est ici:

La surréservation, une technique qui arrange tout le monde
LE MONDE | 14.02.07

© Le Monde.fr