Qui, une fois rendu dans un pays lointain pour quelques jours ou semaines de voyage, n'a pas rêvé d'un bon petit plat bien franchouillard? Pas moi en tout cas...

Ce qui me choque c'est d'ignorer complètement la cuisine du pays qu'on visite, surtout lorsqu'il s'agit de pays dont la cuisine est si savoureuse, que cela soit en Chine, au Japon, en Italie ou en France... Se précipiter sur tout restaurant servant du français, n'est-ce pas avoir un peu des oeillères?

Loin de chez soi, je ne vois pas de mal à avoir envie des plats qu'on mange habituellement. Une fois, de temps en temps.

Je me souviens qu'après 3 mois passés en Asie, je m'étais un jour réveillé en sursaut, quittant un rêve suave et sensuel, où l'objet de mes fantasmes... était un camembert.
Moi qui d'habitude passai mon tour quand le plateau de fromage arrive sur la table, voilà-t-y pas que je révais de m'enfoncer dans le stupre et de consommer, là, sur le champ, un camembert dont je venais d'arracher le vaporeux habit de papier... De lui faire subir les derniers outrages, et de le déguster goulûment...

Inutile de dire qu'une fois réveillé, je chassai ces images inconvenantes, et je restai au coin de ma chambre, les mains sur la tête attendant que mon sang refroidisse un peu, avant de m'enfiler un bol de riz apaisant...
(De retour en France quelques semaines plus tard, je me jetai sur un camembert pour me mettre à l'épreuve. Et bien croyez-le si vous voulez, mais depuis, j'apprécie ce ramassis de bactéries et autres pourritures)